Instagram.Email.

Comment le Maroc a Sauvé l'Irak de Saddam Hussein d'un Embargo International

Politique
9/11/2021
par 
.
No items found.

À la suite de l’invasion irakienne du Koweït en 1990 et l’embargo international qui en a découlé, un programme onusien appelé « Pétrole contre Nourriture » fut mis en place pour permettre aux irakiens de réduire une crise alimentaire sans précédent dans le pays. Cependant, ce programme vit son objectif détourné par un ensemble d’acteurs qui permirent de fournir le gouvernement irakien en devises et se sourcer tout en évitant l’embargo. Le Maroc fut un acteur improbable dans cette affaire. Via la banque marocaine Bank Of Africa, le Maroc aida l'Irak de Saddam Hussein à contourner l'embargo international sur le pétrole.

No items found.

Bank Of Africa, anciennement BMCE, est l'une des principales banques du Maroc et d'Afrique étant établie dans 31 pays (dont une très récente implantation en Chine). Hormis le Maroc, BOA soutient plusieurs pays à travers des prêts pour financer leurs infrastructures ou les investissements étrangers. Son directeur général est Othman Benjelloun, 2-ème fortune du Royaume et 15-ème d’Afrique avec 2 milliards d'euros. Faisant partie des outils de soft power national, la banque marocaine a souvent suivi les tournées royales notamment en Afrique avec plusieurs projets d’implantation ou de financement d’investissements humanitaires.

Othman Benjelloun et le Roi Mohammed VI.

BOA participa à plusieurs prêts pour le gouvernement irakien avant l’invasion du pays, et ce notamment pour des infrastructures pétrolières. Le cumul ayant atteint 22 millions d’euros, BOA (encore en expansion à ce moment-là) chercha à entrer en contact avec le dirigeant de l’Irak, Saddam Hussein. Pour cela, la banque marocaine engagera l’ancien ambassadeur de France au Maroc puis représentant de la France à l’ONU Jean-Bernard Mérimée, pour entrer en contact avec le ministre irakien des affaires étrangères Tarek Aziz. Tout commence en 1995, date du début de négociation du programme onusien après le sévère embargo envers l'Irak.  Pour permettre à ce dernier d’honorer ses promesses, Mérimée profitera de son rôle à l’ONU pour proposer et négocier la fameuse résolution 986 qui débouchera sur l’opération « Pétrole contre Nourriture ». Sa proximité avec le ministre irakien lui permettra de faire rapidement accepter cette résolution, qui sera utilisée pour détourner l’exportation de barils irakiens et permettre de rembourser BOA tout en offrant des devises au gouvernement irakien.

No items found.

Lors des négociations pour le programme, il fut convenu entre l’intermédiaire français et le ministre irakien de rembourser la créance marocaine en livrant du brut irakien à travers une société écran implantée au Liechtenstein, la Fenar Petroleum. La compagnie devait importer des barils de pétrole irakien, les écouler en Europe et rembourser la banque de Benjelloun. Les bénéfices reçus par cette compagnie sont reversés sur le compte de Mérimée à Casablanca avant d'être envoyés à BOA. Ainsi l’ONU et la justice française estiment que 2 millions de dollars en barils de pétrole seront vendus entre 1999 et octobre 2001. Le diplomate français récupèrera de cette affaire un minimum de 156,000 euros, qu’il décida de blanchir en s’achetant et en aménageant un riad à Ouarzazate.

No items found.

En 2000, le Maroc décida de briser l’embargo onusien et envoya plusieurs avions de la RAM avec plusieurs tonnes de denrées alimentaire et médicales destinés au peuple irakien.

Ce voyage est un message fort adressé au Conseil de sécurité et à la Ligue arabe. Nous condamnons la poursuite de l’embargo et les souffrances et difficultés du peuple irakien et nous exigeons la fin de cette blague qui a pris tant de temps[...] -Mohammed al-Khusami, Chef du Comité populaire et chef de la délégation marocaine.

En 2003, le jeune Roi Mohammed VI décide de lancer un appel royal de solidarité après l’invasion américaine de l’Irak. Bank Of Africa, reconnaissant de l’engagement irakien lors du programme onusien, décida de participer à l’appel et versera plus d’un million d'euros pour aider le pays meurtri par des années d'embargo et désormais d’une invasion. De plus, 2 mois avant la guerre, le ministre ayant été en contact avec Benjelloun, Tarik Aziz visita le Maroc et remercia le Royaume pour l’ensemble de l’aide fourni lors de l’embargo.

En 2004, un journal irakien nommé Al-Mada cite le nom de Mérimée mais également de son collègue Boidevaix en racontant comment ces deux officiels français ont utilisé et contourné la résolution 986 de l'ONU pour importer du pétrole irakien. Après 1 an d'instruction judiciaire, Mérimée est relâché mais reste épinglé pour corruption et trafic d’influence par le quai d’Orsay. Il reconnaitra devant le juge que le ministre Tarek Aziz « lui avait fait une bonne manière ».

No items found.
No items found.
No items found.
Références :